Billet d'humeur

Burger King ; entre marketing, politique et taxe rose

Cet été, Burger King a sorti un nouveau spot publicitaire qui semble ne laisser personne indifférent.

Nous avons tous entendu parler de la stratégie de communication de Burger King depuis sa réimplantation en France. A base de retweets, de sollicitations et d’interactions avec sa communauté. Mêlant surtout, beaucoup, beaucoup d’humour, le groupe a énormément fait parler de lui en France.

Aujourd’hui, la branche américaine a lancé une campagne de publicité aux Etats-Unis en appuyant sur d’autres leviers. Tout en continuant à se démarquer par son originalité, Burger King s’attaque aux normes sociales en dénonçant la taxe rose.

Qu’est-ce que la taxe rose ?

La taxe rose est un terme utilisé pour dénoncer la différence de tarifs sur deux produits équivalents selon qu’ils soient destinés aux hommes ou aux femmes (les femmes payant plus cher que les hommes).

L’exemple le plus fréquent de ce phénomène concerne les rasoirs jetables. Pour un produit en tout point identique, les femmes paieront le leur un peu plus cher, parce qu’il est rose.

La campagne de Burger King

Alors, la taxe rose n’est pas l’objet de cet article, (mais si le sujet vous intéresse, je vous invite à consulter l’article “La “taxe rose” sur les femmes : vrai scandale ou simple loi du marché?” ) ni les stratégies de communication de Burger King France, mais maintenant que nous sommes bien familiarisés avec le contexte, rentrons dans le vif du sujet.

Burger King a donc sorti une publicité vidéo dans laquelle nous voyons des femmes, commander le même produit que leur compagnon, et être facturées quelques dollars de plus parce que le leur est servi dans une boite rose. Toutes se plaignent et refusent de payer le supplément jusqu’à ce que le gérant intervienne. Il leur demande alors si elles refusent également de payer la différence quand elles achètent des rasoirs jetables qui coûtent plus chers que ceux des hommes. Et toutes admettent qu’effectivement, elles payent la différence. A la fin de la vidéo, Burger King invitent les américains à voter en faveur du projet de loi qui doit mettre fin à cette taxe.

Avec ce spot publicitaire, Burger King semble à nouveau vouloir créer le buzz en décidant de défendre des valeurs féministes et en nous faisant réagir sur les inégalités entre les hommes et les femmes.

Quel accueil du public ?

Majoritairement, les médias semblent saluer l’effort de l’entreprise (même si certains s’interrogent sur leur crédibilité à diffuser ce genre de message alors qu’ils n’ont pas voulu partager les chiffres prouvant la parité hommes – femmes au sein de l’entreprise). Côté utilisateurs en revanche, le message n’est pas très bien perçu.

En fouinant dans les sections commentaires de la vidéo en question, ou des articles qui parlent de cette publicité, le rejet est quasi unanime. Les raisons de ce rejet sont multiples. Certains refusent tout simplement de reconnaître l’existence de la taxe rose, d’autres rejettent tout simplement toute idée féministe. Mais ce qui revient le plus, c’est l’introduction d’un message politique. Les commentateurs sont essentiellement réfractaires à ce qu’une entreprise les incite à prendre position sur une décision politique. Pour beaucoup, ce message revient à soutenir le gouvernement de Donald Trump. Et ils ont donc rejeté d’un bloc l’intégralité de ce message.

Ce n’est pourtant pas la première fois que Burger King prend position sur un phénomène de société dans ses campagnes publicitaires. Ils ont déjà dénoncé le harcèlement scolaire et la neutralité du Net ces derniers mois. Et l’accueil de ces spots publicitaires par les utilisateurs avait cette fois été bien plus positif. Et pourtant, ces phénomènes font eux aussi l’objet de décisions politiques, de lois, existantes ou à créer.

Validité de la stratégie marketing

On peut donc s’interroger sur l’efficacité de cette campagne publicitaire. Aux Etat-unis, les consommateurs ne veulent visiblement pas mélanger burgers et politique. De plus, il y a quelques jours, le groupe a été accusé de plagiat pour ce spot publicitaire. Les représentants de Burger King n’ont pas voulu s’exprimer sur la parité au sein de l’entreprise.

Tout ça nous laisse à penser que l’entreprise ne prend pas très au sérieux la cause qu’il défend. Quelle pourrait être l’efficacité d’un message qui sonne creux ? Avec tout ce « bad buzz », on en a déjà oublié le contenu.

Passionnée de tourisme, je vis dans un monde peuplé de ♥️ livres, ♥️ de pandas et ♥️ de chocolat, à mi-chemin entre Poudlard et mon clavier d’ordinateur.

No Comments Found

Leave a Reply