Content Marketing

Overdose de contenus, vive le Slow Content

Et si tout devenait plus “slow” ?! Le mouvement du “Slow Food” par exemple a émergé en réaction à l’industrie de masse, à la restauration rapide et aux produits de grande consommation. Le “Slow Food” a pour objectif de se reconcentrer sur des produits plus nobles, plus respectueux de l’environnement, et plus proches de nous.

Alors, vous aussi, en pleine overdose de contenus ?

Du contenu, du contenu, toujours plus de contenus

La course engagée chaque jour pour le contenu cumule déjà près de 75 millions de post WordPress publiés chaque mois, sous prétexte que “Content is King”, les entreprises, quelles soient en B2B ou B2C n’ont jamais distribué autant de contenu sous forme d’article de blog, de livres blancs, de podcasts. L’objectif : publier le plus régulièrement possible, quitte à faire passer la qualité après la quantité.

Combien de posts sont publiés ?
Combien de posts sont publiés ? Source : https://wordpress.com/activity/

Le principal ennemi du slow content ? L’effet de mode. Tous les contenus réunis sous les appellations telles que “newsjacking”, “snacking content”, sont néfastes à la bonne distribution de l’information. Quid de pousser le vice en incluant comme néfaste la course au référencement naturel. “Plaire à Google”, diront certains.

Sur Facebook, les “Tag un pote, et il te doit 1 an de crêpes ?” pullulent. Quelle valeur ajoutée ? Plus de likes ? Plus de fans sur la page Facebook ? Mais est-ce qu’une marque de farine X vendra plus ?

Toujours sur Facebook, de nombreux sites proposent des vidéos en mode snacking. Personnellement, même si le titre est aguicheur et que je suis pleine cible, je ne clique plus. Il n’y a bien souvent aucune information pertinente délivrée.

Facebook - tag une personne qui
Tag une personne qui

2 minutes de vidéos pour 0 information délivrée

 

La révolution du slow content

Face à l’hyperproduction de contenu, à l’hyperpublication, le “slow Content” replace l’internaute cible, toujours plus intransigeant et volatile, au coeur de la stratégie éditoriale.

Remettre du sens dans ses contenus

Des contenus variés en lien avec l’ADN de marque

Un maitre-mot,  la créativité ! Il faut proposer à son lectorat un contenu non formaté dans le fond ou/et la forme, où le rédacteur a la possibilité de se “perdre” et de s’exprimer pleinement.

Ce nouveau contenu doit avoir une vocation durable : il n’est plus dans l’instanéité (qui bien souvent ne fait pas sens avec la marque). Communiquons plutôt sur un cahier des tendances et avec du contenu qui a une signification de fond, mettant ainsi en avant expertise (et sagesse) à disposition de la communauté.

newsjacking-krys-carcassonne-barbarin
Post Facebook de la marque Krys, en référence aux scandales de pédophilie…

 

Par conséquent, tous vos contenus doivent s’inscrire dans une même stratégie éditoriale, unique et précise, qui respecte l’ADN de votre marque. N’hésitez pas à varier contenus rapides et contenus riches.  Continuez d’adapter vos contenus au parcours du consommateur sans céder aux sirènes du dernier canal de communication à la mode / ou de la dernière actuelle sur laquelle rebondir. Développez une histoire concise et un mapping de messages cohérent. Le nouveau contenu doit être argumenté, remis sans cesse en question.

Les 3 piliers du Slow Content

  • Un contenu durable ;
  • Un contenu raisonné ;
  • Et un contenu utile.

En pratique

Content is king but consistency is queen and she is always right

Sur YouTube, les marques se rapprochent de plus en plus d’influenceurs / KOL (les key opinion leaders) avec des communautés plus réduites. Pourquoi ? Tout simplement pour que leur message soit positivement mis en avant et non plus noyé dans la masse. Le copier-coller d’arguments fatigue les communautés qui suivent, bien souvent, plusieurs chaînes sur la même thématique, comme les beautistas et autres youtubeuses lifestyles. Le public n’est pas dupe et accorde beaucoup moins de crédits à des arguments “prêt-à-l’emploi” propulsés par les marques auprès d’influenceurs. Moins d’audience, certes, mais plus pertinente et plus à l’écoute.

Dans une tout autre industrie, le slow commence à faire sa place. Avez-vous entendu parler du “Slow Porno” ? C’est “un porno où les acteurs/actrices sont traités avec considération, ne produisant pas des films à la chaîne, un porno qui a envie de montrer du sexe qui donne du plaisir, des performeurs bien traités (avant, pendant et après le tournage) et bien payés“. Je vous conseille d’écouter l’excellent podcast ” Vlan #54 Remettre de l’éthique dans le porno“.


Privilégions donc la qualité des contenus, en produisant moins, mais mieux. Non, la crédibilité d’une marque ne se cantonne pas à sa simple visibilité.

Au final, de nombreux média long format (type Medium ou le Quatre-Heures) émergent. Explorant des sujets en profondeur, ces médias témoignent d’un tournant dans le domaine du content marketing. Le Slow Content Marketing se révolte donc contre l’industrie des articles appâts, à clic rapide (autrement dit “putaclic”) et à la qualité médiocre. Cette fois, les armes de la bataille seront les contenus originaux, frais et faits maison.

J’ai trouvé il y a quelques années mon chemin et une passion pour l’inbound marketing en voie 9¾

♥️ Voyages en 2cv | ♥️ Aïkido | ♥️ DIY & Craft

No Comments Found

Leave a Reply